Anatis Bioprotection produits de lutte biologique et écologique

Solutions pour un monde meilleur

Chrysope verte (Chrysoperla carnea)

Chrysope verte prédatrice des pucerons, des mouches blanches, cochenilles

Description


Chrysope verte (Chrysoperla carnea), aussi appelée le lion des pucerons, est un insecte utilisé dans la répression des pucerons dans les cultures maraîchères, ornementales, les vergers et les petits fruits. La chrysope verte démontre de très bons résultats dans les cultures basses.

L’adulte est un insecte délicat qui mesure 2 cm de long. Il est de couleur vert pâle, possède des ailes translucides de forme ovales et a de longues antennes. Les oeufs sont pondus sur les plantes généralement à proximité des colonies de pucerons. Chaque oeuf est accroché à une mince tige (pédicelle) qui mesure 1 cm de long. La larve est prédatrice et possède de fortes mandibules (pièces buccales) qui lui permettent d’attraper ses proies.

La chrysope adulte est crépusculaire et se nourrit de pollen, du nectar des fleurs et du miellat des pucerons. La larve se nourrit d'insectes de taille similaire, particulièrement ceux à corps mou (ex: pucerons, chenilles, oeufs d'insectes et autres petits invertébrés). Les larves de chrysope verte peuvent également être cannibales.

Pour un bon contrôle, il est recommandé d'introduire un ratio de 1 larve pour 5 proies ou 3 oeufs pour 5 proies. Les chrysopes peuvent avoir de la difficulté à produire une seconde génération dans les cultures ornementales en serre.


Cultures ciblées



  • Cultures maraîchères en serre (tomate, concombre, piment, laitue, etc.)
  • Cultures maraîchères extérieures (céleri, crucifères, laitue, poivron, etc.)
  • Verger
  • Cultures ornementales
  • Petits fruits (fraise, framboise, vigne, etc.)
  • Arbres et arbustes (rosier, pommier, viorne, etc.)

Ravageurs ciblés



  • Puceron du melon (Aphis gossypii)
  • Puceron de la digitale (Aulacorthum solani)
  • Puceron vert du pêcher (Myzus persicae)
  • Puceron de la pomme de terre (Macrosiphum euphorbiae)
  • Autres espèces de pucerons
  • Cochenilles farineuses (Pseudococcus longispinus)
  • Aleurodes (aleurode des serres et du tabac)
  • Cicadelles
  • Insectes à corps mou (chenilles et nymphes)
  • Thrips et oeufs d’invertébrés

Cycle de vie


  • Le cycle vital varie selon la température (4 semaines à 3 mois).
  • Les conditions optimales sont une température de 20°C à 31°C et une humidité relative de 30% et plus.
  • Les femelles pondent leurs oeufs sur des feuilles à proximité des colonies de pucerons.
  • Chaque femelle pond 200 oeufs au cours de sa vie (2 mois).
  • Les larves émergent des oeufs après 3 à 6 jours.
  • Une larve peut consommer 100 à 600 pucerons au cours de son développement.
  • Le stade larvaire dure 15 à 20 jours.
  • La pupaison se produit sur une feuille, la larve y construit un petit cocon blanc velu. Les adultes émergent du cocon après 10 à 14 jours.

Format



Stade oeuf

  • contenant de plastique de 2 000, 5 000 ou 10 000 oeufs en capsule
  • contenant de plastique de 2 000 oeufs sur fils de jute

Stade larve

  • Contenant de plastique de 500, 1 000 ou 2 000 larves en capsule

Taux d'introduction



Larves
Introduction Quantité Surface Fréquence Durée
Infestation légère 30 larves par m 2 14 jours au besoin
Infestation modérée 50 larves par m 2 7 jours au besoin
Infestation sévère 100 larves par m 2 7 jours au besoin
Oeufs
Introduction Quantité Surface Fréquence Durée
Infestation légère 3 oeufs par m 2 au besoin au besoin
Infestation modérée 5 oeufs par m 2 7 jours 2-3 introductions au total
Infestation sévère 10-20 oeufs par m 2 7 jours 2-3 introductions au total
Cultures extérieures 5000 oeufs par acre 7 jours 2-3 introductions au total

Fiche(s) d'utilisation



Fiche signalitique
Chrysope verte stade oeuf

Fiche signalitique
Chrysope verte stade larve

Ravageur ciblé


Production ciblée




Récentes nouvelles


Saviez-vous


Cucumeris

Neoseiulus cucumeris harcèle les thrips du second stade larvaire qui sont trop gros pour être tués par celui-ci. Ce harcèlement peut causer une baisse d’alimentation de 30% et une mortalité allant jusqu’à 78%.

En savoir plus