Logo Anatis Bioprotection

Solutions pour un meilleur monde

Fallacis, l'acarien prédateur le plus redoutable

Publié le : | Par : Roxanne S. Bernard

Tags: acarien, serre, tarsonème, tétranyque

Neoseiulus fallacis, l'acarien prédateur qui mange les tétranyques à deux points

Et si on pouvait introduire un acarien prédateur qui s’implanterait en champ, résisterait au froid et permettrait de faire un contrôle sur plusieurs années? C’est possible avec l’acarien prédateur Neoseiulus fallacis, décrit comme l’acarien prédateur le plus redoutable sur le marché (Les insectes d’intérêt agricole, 2017).


Neoseiulus fallacis : une production canadienne établie

Portrait d'Alejandra HilaronAlejandra Hilarion, titulaire d'une maîtrise en biologique de l’Université de Nueva Granada Military en Colombie, est la spécialiste en production d’acariens prédateurs chez Anatis Bioprotection. Elle élève les N. fallacis sur des jeunes plants d’haricots préalablement infestés par le tétranyque à deux points (Tetranychus urticae). À chaque semaine, Alejandra réalise un décompte des tétranyques et des N. Fallacis au sein de l'élevage. Les feuilles d'haricots, présentant un ratio prédateur/proie optimal, seront sélectionnées pour la préparation des boîtes qui seront ensuite distribuées à travers le Canada.





Fallacis, portrait d’un prédateur redoutable et résistant

Sélectionné par l'équipe de Dr. Noubar Bostanian d'Agriculture Canada à Saint-Jean-sur-Richelieu, N. fallacis a démontré une résistance à plusieurs pesticides couramment utilisés en agriculture. Des tests en champ ont démontré :

  • qu’il a une excellente capacité de dispersion
  • qu’il est résistant au froid et à la chaleur (actif entre 9 et 32°C)
  • qu’il est capable de survivre lorsque les populations de ravageurs sont basses

Ces traits lui confèrent un excellent rôle d’agent préventif printanier ou automnal.

Fallacis qui mange un tétranyqueNeoseiulus fallacis est utilisé comme agent de premières lignes dans les programmes de lutte intégrée aux tétranyques à deux point, tétranyques de Mcdaniel (Tetranychus mcdanieli) et tarsonèmes en champ (fraise, framboise, pommier et vigne). De plus, il a démontré de bons résultats pour le contrôle des populations des tétranyques de l’épinette (Oligonychus ununguis), tétranyques rouge du pommier (Panonychus ulmi), dans les sapins, les cèdres et les viornes présents dans les pépinières.


Introduction en champ

Avant l’introduction, il est conseillé de faire un dépistage pour détecter la présence des ravageurs et l’état des populations de ceux-ci.

Neoseiulus fallacis peut être introduit en champ dès que les températures atteignent 9°C. Pour des nouvelles plantations, on conseille d’introduire 25 000 N. fallacis par hectare. Dès la deuxième année de production, les producteurs peuvent réduire à 17 000 N. fallacis par hectare. Pour couvrir uniformément la culture, 60 à 80 points d’introduction par hectare sont nécessaires. Les feuilles d’haricot contenant les fallacis doivent être placées dans le tiers supérieur du feuillage en fin de journée pour qu’ils aient un peu d’humidité. Pour une meilleure dispersion, placer un plus grand nombre de points d’introduction du côté où le vent est plus dominant.

Sur feuilles ou sur vermiculite?

Contenant de fallacis sur feuilles

Anatis Bioprotection, en partenariat avec la compagnie cannadienne Applied Bio-nomics, vous propose deux formats d’introduction de N. fallacis : sur feuilles d’haricots et sur vermiculite.

Neoseiulus fallacis sur feuilles d’haricots contient tous les stades de développement de l’acarien prédateur (œuf, juvéniles et adultes) et on y retrouve, comme source de nourriture, une quantité négligeable de tétranyques à deux points. Ce produit est la spécialité d'Anatis et à l'avantage d’être deux fois plus effiace lors de son implantation et ne cause pas d’infestation secondaire.

Le deuxième format ne contient que les acariens prédateurs adultes dans un substrat de vermiculite. Ce format est davantage utilisé en culture ornementale car, à cause de l’humidité dans certains lots de plantes, les feuilles d’haricot peuvent causer des tâches au niveau foliaire.

Comment utiliser Neoseiulus fallacis




Voir la fiche du Neoseiulus (Amblyseius) fallacis

Informations supplémentaires



  1.   - Fraise et framboise du Québec – Résumé de recherche 2016
  2.   - Introduction massive de phytoséide pour la lutte aux tétranyques en verger expérimental.
  3.   - Les insectes d’intérêt agricole
  4.   - Production de framboise biologiques
  5.   - Facteurs influençant l'efficacité de Neoseiulus fallacis dans les pépinières